Islande 2012 – Jour 8 : Jökulsárlón et retour dans le sud

Jour 8 : Jökulsárlón – Vík í Mýrdal – Hvolsvöllur

On se lève pas trop tard aujourd’hui, le but étant de profiter de Jökulsárlón sans avoir trop de monde et sous la lumière.
Sauf que de lumière, justement, il n’y a point !
Temps de chien ce matin, donc on traîne un peu des pieds.

On arrive à Jökulsárlón sous la pluie…. Pas super enthousiasmant tout ça. On va donc se réfugier dans la cabane sur le parking, pour prendre un chocolat chaud et tuer ainsi une demi-heure. Le temps s’améliore lentement, on décide donc de sortir et d’aller explorer la plage dans un premier temps.
On y est seul durant un bon moment, à se balader entre ces petits icebergs rejetés par une mer bien agitée. La pluie s’est quasiment arrétée. On prend donc quelques photos puis on remonte vers le lac.

La plage de Jökulsárlón

La plage de Jökulsárlón

Là où la rivière débouche

Là où la rivière débouche

Votre serviteur prend la pause

Votre serviteur prend la pose

La plage, encombrée de glace

La plage, encombrée de glace

Les icebergs se font rabattre par une mer agitée

Les icebergs se font rabattre par une mer agitée

Un dragon de glace

Un dragon écureuil de glace

Le temps s’est éclaircit et un semblant de lumière est revenu ! On a eut raison d’attendre. On repasse de l’autre coté du pont pour avoir moins de monde, et on descend au bord de l’eau.

Iceberg du Jökulsárlón

Iceberg du Jökulsárlón

Nuances de couleurs au Jökulsárlón

Nuances de couleurs au Jökulsárlón

Ce bleu....

Ce bleu….

Un phoque nous surveille

Un phoque nous surveille

Jökulsárlón

Jökulsárlón

Le ciel se dégage, on aperçoit au loin le glacier

Le ciel se dégage, on aperçoit au loin le glacier

Phoque au Jökulsárlón

Phoque au Jökulsárlón

Icebergs au Jökulsárlón

Icebergs au Jökulsárlón

Icebergs au Jökulsárlón

Icebergs au Jökulsárlón

Jökulsárlón

Jökulsárlón

Jökulsárlón

Jökulsárlón

Notre premier phoque du Jökulsárlón

Notre premier phoque du Jökulsárlón

On est resté bien une heure et demie à admirer le paysage, faire des photos, observer les phoques et les appeler.
C’était plus que plaisant.
Je regrette par contre vraiment de n’avoir pas eut du soleil et d’y être allé tôt le matin ou tard le soir. Ça doit être totalement incroyable ! Une autre fois peut être…

On reprend la route car on a pas mal de trajet pour atteindre Vik. On commence par une petite halte à Fjallsárlón, mais arrivé sur place, quasiment aucun glaçons et la lumière est vraiment pourrie. Pas grave, Jökulsárlón nous en a déjà mis plein la vue.
Il faut donc rouler 200 km. De nouveau la route monotone. Madame dors à coté pendant que je roule. Heureusement que la radio islandaise est là pour casser la monotonie. On s’arrêter à Kirkjubæjarklaustur pour manger un bout (un sacré bon gros burger), puis on fait un petit détour pour aller voir le canyon de  Fjaðrárgljúfur.

Le canyon de Fjaðrárgljúfur

Le canyon de Fjaðrárgljúfur

C’est joli, mais on manque un peu de temps, donc on reprend la route. Dommage que la piste pour le Laki soit fermé, car j’avais vraiment envie d’y faire un tour.
Arrivé à Vik, il pleut, madame est naze et le plafond nuageux est bas. Ça s’annonce mal…
Vu que l’on a un 4×4, on se dit qu’on va l’utiliser un peu, on monte donc par le petit sentier qui grimpe au sommet de la falaise. Et pour grimper, ça grimpe ! La partie finale se fait obligatoirement en mode 4×4, on roule à même les rochers ! Madame a eut peur, et des touristes nous ont regardé d’un air de dire « bon quand est ce qu’ils tombent avec leur petite voiture là ».

Mais on est arrivé en haut ! On emprunte donc la piste pour avancer jusqu’aux derniers bâtiments, dans un brouillard assez dense. On ne voit pas grand chose, mais bon, on est en haut, autant prendre le temps de regarder.
On pose la voiture, continue 15 minutes à pied sous la pluie et dans le brouillard et on arrive au bord de la falaise. Quelques oiseaux (des mouettes) en vols qui se posent sur la falaise, mais on ne voit pas grand chose. Durant 30 minutes on sillonne un bord de la falaise sans trop se pencher (madame m’engueule).
On aperçoit bien 2/3 macareux, mais en vol et de loin.

Arrivé en haut, gros brouillard !

Arrivé en haut, gros brouillard !

La plage reste visible (un peu)

La plage reste visible (un peu)

On va éviter de passer par dessus bord je crois

On va éviter de passer par dessus bord je crois

On change de coté de la falaise, et je m’allonge sur le bord. Ah, c’est bien mieux ainsi !
Et hop, on finit par repérer quelques macareux ! (y’a pas foule, mais bon, pas mal de vent aujourd’hui).
On passe 1h sur le bord de la falaise, à regarder quelques macareux. C’est vraiment un bel animal (et délicieux en plus !)

Macareux en vue !

Macareux en vue !

Hop on se rapproche

Hop on se rapproche

Un autre macareux, plus facile à shooter

Un autre macareux, plus facile à shooter

Belle bête !

Belle bête !

Plan large pour voir la falaise ...

Plan large pour voir la falaise …

Monsieur nous surveille

Monsieur nous surveille

On reprend le Jimny qui nous attendu sagement. La descente est beaucoup plus facile que la monté !
Vu l’heure et le temps qui recommence à se couvrir, on ne s’arrête pas sur la plage de sable noir (quelle erreur !) et on va voir directement la falaise suivante. Qui est fermée au public. (On apprendra 2 jours plus tard, que le jour où nous étions, la falaise s’est effondrée sous 2 touristes allemands, qui ont miraculeusement survécus à leur chute de 40 m).
Sur la route pour la maison d’hôte, nous passons devant Seljalandsfoss et Skogafoss, mais le temps s’est nettement dégradé. On décide donc de revenir ici le lendemain matin en espérant que le temps soit un peu plus au rendez vous.
On arrive en début de soiré à la maison d’hôte, une dame très accueillante avec sa chienne. La maison donne sur l’Eyjafjallajökull, elle a assisté à l’éruption d’ici. Dommage pour nous, le temps est totalement bouché et le plafond nuageux super bas.
On passe une partie de la soirée à parler avec notre hôte. C’est ce genre d’accueil qui nous fait préférer les guesthouse. Pouvoir parler avec les hôtes, et échanger, c’est inestimable.

La maison d’hôte c’est : Fagrahlíð Guesthouse.

 

Retour au jour 7Sommaire - Aller au jour 9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>