Islande 2012 – Jour 5 – Journée improvisation

Jour 5 : Stong, Háifoss, Granni, Reykjavik

Normalement on était censé allez au Landmannalaugar, mais étant donné que la piste est encore bloquée par la neige, nous devons changé nos plans.
Pas de problèmes ! J’avais tout prévu. On se concocte donc un itinéraire altérnatif : Une balade dans les terres intérieurs, puis retour ensuite vers Reykjavík pour y passer la nuit. Ce n’est pas meilleure itinéraire qui soit, mais cela nous permet de faire une sortie en mer par beau temps pour aller voir les baleines, et du coup nous laisse un peu de temps libre en fin de séjour.

Direction la Route 32 donc. On commence tranquillement par la cascade double de Hjálparfoss. Jolie, mais sans plus. On commence à être difficile !

Hekla nous surveille
Hekla nous surveille
Hjálparfoss, une cascade double
Hjálparfoss, une cascade double

Niveau temps, on a encore de la chance. On a un très beau temps ! Mais ça souffle, ça souffllleeeuhhh.

On remonte encore pour cette fois aller voir les vestiges d’une ferme à Stong. C’est assez… particulier.
En plein milieu de nul part. Après une demi heure de piste, on tombe sur un site aménagé, et hop il suffit d’entrer pour regarder ce que les archéologues ont retrouvé.
Il n’y a qu’en Islande que j’ai pu voir ça !

Sur la route colorée, quelques montagnes colorées
Sur la route colorée, quelques montagnes colorées
Le site archéologique de stong
Le site archéologique de stong

A Stong, je tombe sur mon premier guet. Il n’est pas nécessaire de le traverser, mais bordel, j’ai pris un 4×4 et j’ai envie de l’essayer ! J’enfile mes sandales, je pénètre dans l’eau à 3° pour voir la profondeur. Ça va, ce n’est pas profond.
Par contre.. la sortie de l’eau est sablonneuse. Bon, pas envie de me retrouvé planté au milieu de nul part avec chérie qui me dit : « Tu vois, je te l’avais dit ».
On laisse donc tomber l’idée du guet, et on décide de prendre la piste pour aller découvrir les gorges de Gjain et les cascades de Háifoss. La piste n’est pas terrible, ça secoue !

Mais notre Jimny, vaille que vaille, avance correctement, même dans les portions vraiment pierreuse.

Une belle piste, sans végétation
Une belle piste, sans végétation
Hekla, magnifique volcan
Hekla, magnifique volcan

Durant tout le trajet, Hekla perce la couche nuageuse et nous offre une magnifique vue dégagée sur ses flancs enneigés. Sous ce manteau éclatant au soleil, un monstre sommeille. La route est longue pour atteindre ces cascades, et une ou deux fois on se dit qu’on a du louper une intersection. Mais non ! Au bout d’une heure de piste, on finit par arriver aux magnifiques cascades.
On laisse la voiture et on finit à pied.
Boudiou, quel vent ! Pliés en 2, un bon 80 km/h de vent, sur le bord d’une falaise de 100m de haut. Impressionnant.
Mais ça vaut vraiment le coup.

Háifoss et ses 122m de haut
Háifoss et ses 122m de haut
Madame pose devant Granny
Madame pose devant Granny
Háifoss
Háifoss
Granny
Granny
Háifoss
Háifoss
Háifoss
Háifoss
La Fossá continue son chemin chaotique après sont saut de 122m
La Fossá continue son chemin chaotique après sont saut de 122m
Haifoss et Granny
Haifoss et Granny
Haifoss
Haifoss

Les cascades de Háifoss et Granni sont vraiment impressionnantes. On se balade sur le bord du précipice (mais pas trop près on plus, car ça souffle sacrément), on admire, et on se repose. Aucun doute désormais, ça valait la peine de se taper cette piste cahoteuse  pour admirer un tel paysage. On est seul face à 2 des plus belles cascades du monde sous le soleil. Que demander de plus ?

Il est temps de reprendre la voiture. Nous voila repartis dans le sens inverse sur la piste. Au retour, on s’arrête aux gorges de Gjain. Madame n’était pas trop bien, elle admire depuis la voiture, j’embarque l’appareil photo et descend.
C’est beau. Il est encore trop tôt pour que les gorges se transforment en un écrin de verdure, mais on sent déjà tout le potentiel même en mai.
Je me balade entre les ruisseaux à toute vitesse, sautant d’une berge à l’autre, bondissant sur les talus. Un vrai cabri !

Gjáin

Gjáin en mai
Gjáin en mai
Gjáin
Gjáin
Gjáin l'oasis
Gjáin l’oasis
Gjáin, la rivière étale ses couleurs
Gjáin, la rivière étale ses couleurs
La rivière à Gjáin
La rivière à Gjáin
Les gorges de Gjáin
Les gorges de Gjáin

Il faut vraiment que je revienne en Islande en juillet, pour profiter un peu de la verdure qui n’est pas encore présente. Ça doit être somptueux !

On retourne à Stong, et on reprend la piste pour rejoindre la route. Portion facile après la route 332, et pourtant, le 4×4 commence à faire un bruit inquiétant. Aurais-je touché une pierre ?
On reprend la route 32, le 4×4 continue à faire du bruit, je m’arrête, regarde vite fait, rien n’a l’air cassé.
bon… ça ne nous rassure pas tout ça.
A la première station essence que l’on trouve, j’enclenche le mode 4×4, puis repasse en 4×2.
Gagné ! Plus de bruit ! A mon avis, j’avais du toucher une pierre et le changement de transmission à du tout remettre en place. On n’aura plus de problème avec la voiture jusqu’à la fin du séjour.

Puisque l’on ne peut pas aller au Landmannalagaur, on a prévu un petit retour sur la capitale. Deux coups de fils, l’hôtel et une sortie en mer pour voir les baleines sont réservés. On trace la route jusqu’à la capitale. Sur la route, pas mal de brouillard, et rien à voir de particulier.
Arrivé à Reykjavik, on récupère notre chambre et on va se balader un peu et hop direction le port. On paye nos billets (ouch ! 52€ / personne, on a intérêt à voir des baleines à ce prix là !) et on embarque.
Un temps agréable, pas trop de vent, un peu de soleil et c’est niquel. Sauf que …. bah il n’y a rien à voir. On tourne durant 2h30, sans apercevoir le moindre aileron.
On fait donc demi tour…. et bam ! Il fallait s’y attendre, c’est au moment de rentrer au port que l’on tombe d’abord sur une bande de 5/6 dauphins à bec blanc, puis sur plusieurs rorquals commun (des Minke Whales).

Premier contact avec des macareux
Premier contact avec des macareux
Dauphins à bec blanc
Dauphins à bec blanc
Un groupe de dauphin à bec blanc fait son apparition
Un groupe de dauphin à bec blanc fait son apparition
Puis un rorqual commun
Puis un rorqual commun
Dauphins à bec blanc
Dauphins à bec blanc
Dauphin à bec blanc
Dauphin à bec blanc
Un dauphin s'apprête à passer sous le bateau
Un dauphin s’apprête à passer sous le bateau
Et hop il ressort de l'autre coté
Et hop il ressort de l’autre coté

IMG_5424 Rorqual commun

Et on finit avec 2 baleines !
Et on finit avec 2 baleines !

L’appareil photo chauffe. Rien d’exceptionnel, mais ça fait plaisir de trouver quelques chose après 3h de recherche.
On fini par rentrer au port, où l’on se met à la recherche d’un bon restaurant pour nous réchauffer. Mine de rien, le grand air, ça creuse !
On passe la nuit dans notre guesthouse (http://www.alfholl.is/) non loin du port (bien pratique d’avoir le centre ville aussi proche). La douche sent le souffre comme jamais encore dans le voyage !
On avait prévue de dormir là à la fin du voyage, ça nous a permis de tester.

Retour au jour 4Sommaire Aller au jour 6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.